Je ne savais pas....

Publié le par M'amzelle Jeanne

Je ne savais pas

Ce qu'était la jeunesse

Avant d'être vieille

 

Allant, venant

En toute allégresse.

 

En état de veille

Mon coeur ne réalisant pas

Ce que mon corps serait

 

Je ne savais pas

Ce qu'était l'amour,

Avant que mon bien aimé

Ne m'ait quitté

 

Le plaisir de chaque jour

Me semblait éternel.

 

Mais lorsque seule

Je me suis retrouvée,

De détresse,

J'ai hurlé cet amour perdu

 

Je ne savais pas

Ce qu'était la santé,

Je pensais que cet état

Naturellement

Pour moi était acquit

A jamais,

Avant que mon corps

Crispé, tordu,

Ne me fasses hurler de douleurs.

 

Je n'avais pas compris,

On ne m'avait pas dit

L'importance de l'instant présent.

Qu'il faut être conscient

De vivre,

Et croquer à pleines dents

Tout en réalisant.

Jeanne

Novembre 1998

Publié dans POEMES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Je lis ou relis je ne sais trop ce poème magnifique que finalement bien des jeunes devraient aussi lire non on ne savait pas!!!!!!
Répondre
M
Merci René d'être passée..
Maintenant tu sais .. Hihi!
M
tout cela est tellement vrai!
Je viens de lire le livre de Jean-Louis Fournier "Veuf", dans lequel il décrit avec beaucoup d'humour ce grand vide qu'a laissé sa femme en partant, et tout ce qui était si important,tant qu'elle
était là, et surtout depuis qu'elle n'est plus là...
http://creazinzinlassos.over-blog.com
Répondre
M


Ta visite et ton commentaire me touche Merci


Je file voir ton site


Belle journée et gros bisou



D
bonjour
je laisse rarement de comm peut-être par timidité, peur ou lacheté et voila que votre billet va au-delà du mot et vient comme l'effleurement d'un doigt anonyme toucher un bout du coeur,
tellement vrai et si bien dit,
merci pour ce présent
Répondre
M


Daniel ! Je suis très touchée de t'avoir, par mon modeste poème sur les réalités des jours qui passent, donné envie de me laisser un commentaire... Je t'en remercie beaucoup.. C'est tellement
précieux tous ces petits coucou du matin, ces appréciations.. ou pas ! Cela fait avancer et la solitude n'existe plus !!


Merci.



T
On n'imagine pas les choses ainsi
Bon et doux Dimanche M'amzelle Jeanne
Bisous

timilo
Répondre
M


Cher Timilo.... On n'imagine rien du tout.. pour moi.. j'étais dans l'inconscience (oohh!)


Le destin impose et il faut faire avec! Je pense que la vieillesse nous apporte la sagesse de l'école de la vie : une certaine philosophie.


Avec mes amitiés.


Jeanne 



E
"bonheur, je ne te reconnus qu'au bruit que tu fis en partant". R Radiguet
Répondre
M


Bonjour et Merci Emma.. Monsieur Radiguet a trouvé la phrase juste !


Je te souhaite une superbe journée.


Bises de Jeanne



L
Chère Jeanne, tu résumes l'ignorance de la jeunesse dans un poème très touchant, très juste, et semble-t-il, très vécu! Nous ne savons rien alors que nous croyons tout savoir...et le temps se rit
de nos chimères. Puis vient une heure où la sagesse nous a rattrapées et nous disons: "Je ne savais pas...".
Bises, chère Jeanne.
Répondre
M


Oh Lorraine ! Je suis heureuse de te lire, nous partageons beaucoup .. nos souvenirs sont les mêmes. Ce temps de la vieillesse nous apporte plus de compréhension, moins de revendications, plus de
tendresse et d'amours sans obligation de retours.


Je t'embrasse et te souhaite une bonne nuit.


Jeanne



T
Si on savait ,
Si la jeunesse savait et la vieillesse pouvait ,
Maintenant je me demande toujours si je peux

Joli blog que je découvre en suivant le lien de ton commentaire

Douce journée
A bientôt

timilo
Répondre
M


Heureuse de te lire à la façon de l'éclair..


Ton gentil commentaire me touche beaucoup, je suis une toute petite nouvelle a côté de vos blogs si savamment enluminés de photos qui font réver !


Au plaisir de pouvoir se croiser ici ou là..


Avec amitiés Jeanne



C
Magnifique poème De plus, chaque mot, chaque phrase est tellement réelle. Ce n'est que l'on a perdu ce que l'on aime, ce que l'on apprécie que l'on regrette de ne pas avoir su en profiter plus.
Amitiés
Répondre
M


Je suis heureuse de lire ton commentaire, je te remercie. C'est tellement juste ce qui tu dis on n'apprécie pas assez les moments priviligiés.. portés par d'autres idées nous sommes ailleurs
alors que nous devrions être dans "Ce moment présent" !


J'ai voulu allez sur ton blog en pressant sur le petit carré,  avant de poster ce message et il m'a été dit : Ce Blog n'existe pas ?? A vérifier.....


Amitiés de Jeanne



A
c'est un texte plein de sensibilité
nous ne savons rien à 20 ans et l'on se sent mal dans ce corps tout juste adulte
bises
Répondre
M


Merci Andrée..


Oui à 20 ans nous sommes cruels et tellement ignorants..


Comme le bon vin, il faut de la bouteille pour avoir un peu de bon sens !


Je t'embrasse.


Jeanne



C
effectivement, il faut CROQUER sans perdre un instant. tout est trop fugace
Répondre
M


Je vous aime mordants les Cafards!.... mais vous êtes croquants et craquants c'est certain.


Comme la soude.. vous êtes souvent caustiques !


Biz de Jeanne



L
Bonjour Jeanne. Je sais et je vois autour de moi les attaques du temps sur le physique et le cortège de douleurs qui s'en suit, je les sens déjà parfois, loin d'être aussi alerte qu'avant ... Et
quand l'esprit reste vif, oui, quelle colère ! Ah si on pouvait revenir en arrière et vivre plus intensément les bons moments, ton beau poème n'est pas tout récent mais son message est toujours
bouleversant. Superbe conclusion que nous devrions nous redire souvent. Gros bisous.
Répondre
M


Hélas ! . C'est cependant un bonheur de vieillir, sans cela nous ne verrions pas nos petits enfants grandir! Nous devrions vivre en étant plus conscient de la chance d'être là malgré les
petits ou les gros bobos que notre corps nous impose.. et apprécier chaque instant.


Merci pour ton passage chère Lenaïg


Je t'embrasse.



L
Rebonjor Jeanne,

Pas de mot côdé dans mon commentaire. Simplement une faute d'impression. c'etait " de tendresse et d'Amour" Je n'avais pas relu avant d'envoyer le commentaire. Toutes mes excuses. Bises bien
amicales.

Henri.
Répondre
M


Pas grâve Henri.. le plaisir d'avoir une autre visite de toi !


Bon après midi pluvieux ici !


Jeanne



J
tu le savais...mais comme beaucoup tu ne voulais pas le voir...
très beau poème qui nous rappelle "de cueillir chaque jour les roses de la vie"
courage et bizzzzzzzzzzz Jeanne
Répondre
M


C'est exact... mais la jeunesse croit tout savoir.. et surtout ne veux rien entendre !! Normal dit-on cependant il faudrait être plus conscient du bonheur que l'on a chaque jour... lorsque tout
ne va pas trop mal ! Ici et maintenant... cueillons les roses de la vie !


(Mon poème est ancien.. et maintenant je vais bien et je profite de chaque instant !)


Gros bizzouxxdouxx à toi Josette.



L
Bonjour Jeanne,

Quelle émotion à la lecture de ton texte. Un magnifique poème plein de réalisme de tendresse et d'AJMercmour. Quoi qu'il arrive la vie continue. Il faut vivre avec ses souvenirs. A bientôt et bises
trés amicales.

Henri
Répondre
M


Merci Henri d'avoir aimé et apprécié ce texte ancien, mais toujours si vif... oui, vivre et se souvenir du passé, en le rendant présent...! Il y a un mot codé dans ton commentaire que je n'ai pu
décripter..?


Au plaisir de te lire ici ou là ! Bonne journée et amitiés


de Jeanne



S
La vie a ses secrets et les plus durs, les plus sombres, elle les garde longtemps sous silence pour préserver notre jeunesse, nos élans... Elle nous préserve longtemps dans l'ignorance des douleurs
de la maturité. Tu le dis avec beaucoup de justesse et d'émotion. Bisous. Suzâme
Répondre
M


Heureuse de voir ton passage de si grand matin... Merci pour ton mot qui me conforte.


Belle journée à toi.. grise ici !


Bisous de Jeanne



F
on ne sait jamais sans avoir vécu tout cela
Répondre
M


ET... c'est bien dommage de ne pas se sentir heureuse et en bonne santé.. de se plaindre parfois pour pas grand chose..


Vivre l'instant présent, se sentir priviligiée lorsqu'il n'y a pas de gros soucis er dire MERCI la vie !


Merci d_être passée me voir.


Bises de Jeanne



V
l'émotion de te comprendre et de savoir que moi aussi, je ne mesure pas combien le présent est précieux,
Je t'embrasse fort M'amzelle Jeanne, même si je ne suis pas très présente sur les blogs ...
Valdy
Répondre
M


Quel bonheur de te lire chère Valdy.. Oui, c'est lorsque nous avons perdu le moment heureux, l'être cher, que nous nous rendons compte du bonheur qui était le notre.. Alors, ne pas se plaindre
lorsque nous allons bien et osons dire que nous aimons lorsque nous sommes ensemble.. Le cadeau.. c'est le présent !!!


Merci d'être passée.. et au plaisir de se lire encore.


Jeanne



J
Bonsoir Jeanne ! Il faut perdre les choses et les gens pour s'en rendre compte... La vie nous a mis au monde, essayons de l'aimer dans ses âges, le bel et le grand.... Bonne nuit de la part de
jill, bises
Répondre
M


Cher Jill toujours fidèle toujours présente... J'aime !!


Avec un gros bisou de Jeanne