POUR LA PETITE FABRIQUE D'ECRITURE

Publié le par M'amzelle Jeanne

 Proposé par: http://azacamopol.over-blog.com/article-jeu-du-mois-de-janvier

 

Inclure la phrase suivante:"Comment pourraiit-il vivre cette journée sans lui"

 

 

 

Il s’en est  fallu de peu !!

                Depuis quelques mois, je peaufinais le texte que je devais exposer lors de la  première réunion de l’année.
                C’était aussi une première pour moi !
                Dans le nouveau groupe que nous voulions proposer, mon élection a été unanime.
                Jeune,  ayant une belle diction et surtout des idées tout à fait nouvelles pour porter au pinacle cette organisation dont je défendais de tout cœur  les causes,  j’étais le représentant au sein de ce nouveau groupe le plus représentatif.
                Une secrétaire, Josette,  m’a été officiellement attachée. Nous nous réunissions deux fois par semaine dans le local de la fédération. Bien que bénévoles, les réunions de travail très sérieuses, l’un et l’autre nous nous sentions très impliqués  dans ce travail d’équipe.
                Feuillets après feuillets le discours se composait, que je tentais d’apprendre par cœur.. Les feuillets dans mon esprit n’en étant que le support.
                Ma famille me soutenait dans mes efforts et était très fier de cette promotion pour moi qui pouvait naturellement me propulser dans un monde d’avenir.
                Mon grand père avait eu une charge importante au siècle dernier,  la famille avait conservé  précieusement son « Marocain ». Sacoche de cuir ancien,  de très belle facture, que ma grand-mère avait remis en forme, ciré,  brossé ce sac avait à nouveau fière allure, et mon aïeule était elle-même si fière de faire revivre l’outil qui avait été indispensable à mon grand père dans sa vie.
Elle ne voyait pas « comment son petit fils pourrait commencer une carrière sans cet objet précieux »
                Un dernier regard à ce discours, une dernière déclamation dans le local.
                Josette, la secrétaire est là remets les feuillets dans l’ordre..  la sacoche est sur le bureau.. un appel me fait m’éloigner.
                Il est l’heure de se rendre dans la salle.. où je suis attendu.
                Je demande à Josette de m’apporter la sacoche…
Monsieur le Maire est là, les organisateurs du mouvements m’entourent..
Sourires.. Applaudissements,  les drapeaux claquent
Je monte sur l’estrade fleurie.. je pose le « Marocain » sur le bureau.. avec application,  je tente de faire sauter le petit cliquet… j’ouvre.. Et horreur … le Marocain est vide du dossier si bien préparé !
                Je me lève blême.. Les mains moites et je commence à débiter… des fadaises qui me viennent par vagues et pas spécialement dans l’ordre…
                Sans aucun doute,  c’est bien  là que ma carrière politique  s’est interrompue.

 

M’mamzelle Jeanne


Publié dans PETITES NOUVELLES

Commenter cet article

durgalola 09/01/2014 20:27

beaucoup d'humour, j'aime beaucoup ... bises et je te souhaite plein de bons mots pour 2014 -

rouergat 09/01/2014 10:38

Bonjour Jeanne
Il faut se méfier des imprévus

Monelle 09/01/2014 08:48

Est-ce Josette qui a osé lui faire un coup pareil ????
Bonne journée - bisous
Monelle

fanfan 08/01/2014 18:09

quelle horreur! mais où était donc passé ce discours?
Bah! C'est peut-être mieux ainsi : les politiques n'ont pas une vie de tout repos!

M'amzelle Jeanne 08/01/2014 21:56



Tu te rends compte.. c'est la serétaire Josette en qui j'avais mis ma confiance qui a omis de glisser ce discours dans le portefeuille qui était sur le bureau !!!
On ne peux plus se fier à personne..
Mais d'un autre côté je ne regrette rien.. comme tu me le dis c'est mieux ainsi !!
Bonne soirée et merci pour ton passage!



Josette 08/01/2014 10:01

en voilà un qui n'a pas retenu la leçon langue de bois...
bel exercice Jeanne
à te lire souvent cette année
bises