PETITE NOUVELLE ROMANCEE

Publié le par M'amzelle Jeanne

..... et qui n'a rien d'officiel !!

 

018

 

NOUVELLE ROMANCEE

Voulant être HISTORIQUE 

 

Le printemps est espérance... bientôt nous chanterons son retour. Jean de Luzy a préparé sa monture dès l'aube, la vie l'appelle ailleurs.. La "Maison de Luzy" ne lui offre plus l'espace qu'il souhaite, il s'y sent à l'étroit. Jean est jeune, ses ambitions sont immenses, il veut se confronter à d'autres, aller de l'avant, en découdre.

Nous sommes en l'an 1230. C'est le temps des croisades, Jean n'a pas le désir de suivre le Bon Roy à la conquête de l'infidèle, aucun sentiment de soulèvement ne l'habite, le pèlerinage dont on parle tant, il n'en a cure. Il souhaite seulement sortir de l'enfermement dans lequel il se sent pris, une force plus forte que lui le pousse à agir, il a le désir d'aider tous ces manants qui l'entourent à sortir de leur misère.. Mais il n'a pas le droit d'aînesse, sa grande famille ne lui laisse pas les coudées franches, pour cela il doit aller voir ailleurs. Trouver d'autres bases pour fonder des façons de vivre différentes, voilà ce qui l'anime.

Ce matin l'air est frais, dans la brume, Jean part vers l'Ouest, la route des vraies conquêtes. Les chemins de la forêt se croisent, de grosses bornes taillées, en indiquent les directions. La frondaison est superbe, les arbres reverdissent, laissant les jeunes bourgeons éclater.. Quelques manants, ramassent le bois mort que des vieilles femmes portent en lourds ballots sur leur dos. Ils travaillent, entourés d'enfants, allant et venant, à la recherche de la moindre empreinte laissée par le gibier, qu'ils sauront bien, le soir venu, retrouver pris dans leurs collets.

Le cavalier, est un homme blond, jeune et mince, aux sourcils épais, il pousse son cheval à l'extrême, la robe de l'alezan est luisante de sueur. Il doit arriver dans le fief de sa cousine, Jeanne de Chateauvillain avant la nuit. Au loin, voici les murs qui entourent le château dont la masse formidable, dressée sur son éperon rocheux, se dessine dans la plaine fertile. A main gauche les méandres de la rivière, forment des boucles où il doit être facile d'attraper une truite… ce qui le fit sourire. Il ralentit le pas, admire le paysage tout en caressant sa monture. La vallée, entourée de monts chapeautés de résineux, donnent une grande force et une sérénité à l'ensemble. Ce pays est riche pense Jean de Luzy, ce domaine est une des clefs de Bourgogne! Cette pensée le réjouit.. Sa cousine, seule et âgée a laissé ses biens en jachère. Le crépuscule tombe maintenant, il ne doit plus flâner. Sans plus attendre il franchit les remparts et le pont-levis, que le galop du cheval fait résonner. Il met pied à terre dans la cour d'honneur pour aller présenter ses respects à Dame Jeanne, la vieille cousine aura du lui faire préparer un repas, ainsi qu'une couche. Une jeune parente, Ermengarde vit près de Dame Jeanne et l'aide dans les besoins domestiques de ce vaste château.

Avant toute chose, le cheval alezan doit être soigné et pansé !! Jean cherche les écuries du château, il n'entend pas de hennissements, aucun crottin sur les pavés, tout semble avoir été déserté, il doit bien exister quelques valets, pour fournir, foin et grain à sa monture exténuée, …. Ohé. ..Ohé réponds l'écho

La cour du château est vaste, sans ordre, le délabrement est visible, quelques murs sont éventrés, les guerres ont laissé des traces que la propriétaire du château n'a pu relever. La femme forte qu'était sa cousine a été vaincue par la guerre entre France et Bourgogne. Les gens de guerre, au service de l'un ou de l'autre, ne veulent pas une paix qui signifierait pour eux une vie tranquille et rangée, mode de vie qui ne leur conviendrait pas, aussi continuent ils de piller, de rançonner comme moyens d'existence … ils sont devenus brigands et sèment la terreur sur tous les chemins.

En entrant dans ce vaste château, les pommettes rouges et le regard brillant, Jean espère pouvoir lui redonner vie, redorer son blason, s'opposer aux œuvres dévastatrices des bandits, remettre au travail les pauvres vilains désemparés, sur ces terres prometteuses. Jean ressent en lui une force incomparable, les anges le mènent, cette force, il souhaite la mettre au service des autres.

Dans une salle basse lourdement voûtées, la lumière du jour tombante passe par des fenêtres en ogives, Dame Jeanne le reçoit dignement. Un feu flambe haut et clair dans l'immense cheminée absorbant l'humidité de la nuit et celle de l'épaisse muraille Après les présentations d'usage, les respects, les lettres de recommandations lues, une soupe de gruaux fut servie. Jean fatigué par sa longue chevauchée n'est guère bavard, mais la chaleur du feu, le savoureux civet de lièvre lui délient la langue et il ne peut s'empêcher de parler des projets formulés en rêve pour l'avenir de ce château.

Ermengarde, assise dans l'ombre sous le manteau de la cheminée, écoute avec beaucoup d'attention, rouge de confusion, les mains moites, elle boit ses paroles. Lorsque Jean la regarde, elle baisse les yeux, elle n'ose planter son regard dans celui de ce beau chevalier. Au moindre signe de Dame Jeanne, elle bondit, tel un chat, lui apporter les onguents que réclament les douleurs de la vieille femme.

-                  Ce jeune homme a le cœur bon se dit elle et il est beau !!

Jean n'ose regarder du côté d'Ermengarde, mais ce regard intense, posé sur lui, il le ressent puissant, cela lui donne vigueur et force aussi expose-t-il avec précisions ses convections. Il devient intarissable.. les heures s'égrènent à la lueur vacillante du boisseau..

Le lendemain, effervescence dans tout le domaine.

La nouvelle de la venue du cousin de Dame Jeanne s'est répandue très vite, du plus petit valet à l'écuyer, tous sont là en attente dans la cour d'honneur.. Pauvres manants, en haillons et sabots, faisant semblant de vaquer à des occupations depuis trop longtemps délaissées. Tous veulent faire connaissance avec ce visiteur, qui porte en lui l'espoir d'une ère nouvelle... espoir de donner force et courage à la bonne Dame Jeanne, pour bouter hors les murs les angoisses de ces malheurs successifs, de réapprendre à vivre et à travailler sans crainte de l'ennemi, et ces infâmes écorcheurs.

La cour d'honneur reprend très vite son aspect des jours heureux, tant dans la basse cour que chez le petit personnel, tous s'activent, Dame Jeanne voit d'un bon œil cette transformation et envisage l'avenir. Jean n'est pas insensible au charme d'Ermengarde, le couple se forme dans le secret de leur cœur. Dame Jeanne espère en cet amour qui se forge sous ses yeux, comme à l'habitude elle va prier dans la chapelle Sainte-Bénigne, "c'est le meilleur secours que je puisse offrir, Dieu à une telle habitude d'accomplir des merveilles".

Quelques mois plus tard, la cérémonie du mariage fut célébrée, redonnant éclat à ce château endormi. La vie reprenait.

Jean devenant fondateur de la branche de Châteauvillain pensait ainsi passer des jours heureux. L'avenir fut tout autre, les livres d'Histoire nous disent que la huitième croisade était en marche:

Lorsque Louis IX, dit Saint Louis, dans son expédition pour la Palestine, (1250) passa en Champagne avec ses troupes, gonflées de celles d’Hugues de Troyes, et de toutes ces multitudes de pèlerins, Jean voulu partir lui aussi …

Là bas, la vie fut rude, les batailles incessantes et cruelles 300 gentilshommes furent faits prisonniers, Jean était du lot.

La sanction infligée par le vainqueur est systématique : crevaison des yeux. S'en retournant aveugle, Jean rejoint la Champagne et se consacra de tout son soûl à Dieu.

C'est à ce moment que Jean de Châteauvillain, dit Jean l'Aveugle fit construire le couvent des Cordeliers. La chapelle était aussi belle que la Sainte Chapelle de Paris dit-on, et conservait quelques reliques de la vraie Croix.

Ermengarde restée fidèle entoura Jean de son amour, le calme s'installa. Tristement, la bonne Dame Jeanne, très âgée quitta ce monde, Ermengarde décéda elle aussi très vite, laissant son époux bien aimé dans la solitude et le chagrin: Le château prit son voile de deuil et de tristesse.. D’autres souffrances, d'autres guerres, allaient venir encore et encore dévaster ce beau pays.

Jean devint le bienfaiteur des pauvres

Jusqu'à sa mort, Jean est resté seul dans le souvenir de toutes ces sommes d'amour et de bonheur fragiles si patiemment, si douloureusement édifiés. Le grand et beau château connu bonheurs et malheurs, il n'existe plus maintenant qu'une maquette pour nous faire rêver.

Le printemps avait bien amené l'espérance, elle ne fut que de courte durée… D'autres printemps sont venus.. D’autres histoires ont émaillés les pages du grand livre de la vie de notre village de son superbe château qui douloureusement fut pillé, démoli, coupé en son milieu cruellement écartelé.

 

Jeanne 9 Janvier 2006

 

 

 

 


 

Publié dans PETITES NOUVELLES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
La tradition, en Belgique serait de dire :
"Je vous ai apporté des bonbons..."
Ben, moi, je viens dire
"Je vous ai apporté des piments d'Espelette et des macarons"
C'est presque aussi poétique que la chanson de Jacque Brel
Me revoiloù, et bien contente de retrouver la compagnie.
J'avoue, que j'ai un peu de mal à m'y remettre.
J'avais oublié le temps que cela prenait
Mais ne dit-on pas aussi
Lorsqu'on aime on ne compte pas.
Alors, pour ma part, soit je ne sais pas compter
Ou alors....
Merci aussi pour tes passages en mon absence
C'est toujours agréable
De savoir que quelqu'un pense à vous
Dans ce monde un peu fou.
Bisous et à bientôt mais tout de même en mode ralenti
Domi.
Répondre
M


Heureuse de te revoir... avec ces superbes piments d'Espelette en cadeau !!
Après tes vacances dans le beau Pays Basques tu vas pouvoir nous parler des danses et de la belle vie... (après les orages.....) et. du gâteau Basque dont j'espère tu  as pris la
recette!
Au plaisir de te lire de nouveau... mais prends le temps !
bisous



A
Quel texte agréable à lire, merci pour ce dépaysement. Merci aussi pour votre passage sur mon blog photo et les nombreux commentaires. Je vous contacte pour le suite des découvertes sur Chrysis.
Bonne journée à vous.
Répondre
M


Vos photos sont extraordinaires de beauté... j'ai vraiment aimé et serai heureuse de pouvoir aller vous rendre encore visite.
Merci d'avoir aimé mon petit texte.. merci pour votre gentil commentaire.
Au grand plaisir de se lire encore ici ou là !



F
Une belle histoire qui finit bien tristement ; un beau couple qui aurait pu avoir une belle descendance et redonner vie plus longuement au château.
Bonne journée
Répondre
M


Eh oui.. Fanfan..
Comme dans les romans.. "Ils ont vivèrent heureux et ont eu beaucoup d'enfants.."
Mais la vraie vie c'est pas ça du tout..!!
Et notre beau chateau est tombé en ruines...
Merci pour ton gentil passage !
Bizzoudouxx



R
Bonjour Jeanne
Merci pour cette promenade littéraire dans le moyen-age
Répondre
M


Heureuse d'avoir reçu votre visite.. rouergat !
Je vais aller vous voir.. car je crois bien que nous ne nous sommes jamais rencontrés !
Merci beaucoup et bonne soirée !

Ah.. mais ça bien sûre c'était hier après ma visite chez Noune !!
Mille excuses



M
Un roman à saveur historique. Tu nous donnes envie d'en savoir davantage. Magnifique récit peint par ta belle plume. Bises.
Répondre
M


C'est l'histoire de mon joli village.. qui fut démoli et pillé par les uns et les autres !!
J'ai pris à droite et a gauche quelques bribes d'écrits pour en faire une petite nouvelle. Mais la base est réelle..et ce chateau appartenait à la royauté de l'époque Louis XIV.
Ton commentaire me touche et je te dis Merci !!



O
Bonjour Jeanne. Quelle histoire et comme tu nous la contes bien ! J'espérais beaucoup en la résurrection du château et je croyais au bonheur de Jean et de Emengarde... Mais c'était sans compter sur
cette fichue croisade qui a tout fait capoter... Bouh... Que c'est triste mais quel film cela ferait ! J'ai vu se dérouler tant d'images en te lisant.
Merci pour ce partage.
Je te fais plein de bisous.
Répondre
M


L'histoire de ce chateau et des guerres de l'époque  ont fait l'objet d'un film  qui est passé par épisodes pendant tout un été.. il y a quinze ou vingt ans. Le titre du roman de
Juliette Benzoni, en plusieurs tomes: Catherine.
Lorsque je me promène dans les rues de mon village: Chateauvillain, je suis en compagnie de tous ceux qui ont vécus ici et y ont souffert.
Merci pour ton gentil commentaire, ta visite !


Je t'embrasse.



F
dommage que tout soit démoli bonne semaine
Répondre
M


Cela aurait couté fort cher pour l'entretenir...
Merci Flipperine



M
Oh une nouvelle ! Je reviendrai lire plus tard. Je dois sortir. RV. Bises à plus.
Répondre
M


.. et tu es venue !!
Merci Marie Louve.. j'espère que tu vas bien
Bonne soiré et au plaisir de te lire encore
Bisous



L
Bonjour Jeanne, magnifique ! Tu nous embarques dans ta nouvelle aux premiers mots et nous captive, bravo ! Ah, dommage, ce Jean qui au début ne voyait pas l'utilité d'une croisade et qui a fini par
se laisser convaincre ... Je m'en vais tout à l'heure, je te dis à ce soir ou à demain ! Gros bisous.
Répondre
M


Oui.. et à bien y penser .. que diable sont-ils allés faire là-bas !!!
Merci pour ton passage !
à quand tu veux..
Bizzoudoux



M
et bien Jeanne tu fais concurrence à Juliette!!!
bravo
Répondre
M


Tout à fait !!
Oh! non je plaisante.! quelle belle écriture elle a.. que d'informations précises elle donne !
Merci pour ta visite et ton gentil compliment !!!


bises



T
Peut-être le début d'un roman , c'est beau
Douce journée Jeanne
Bisous
timilo
Répondre
M


Merci cher ami..


Je crois qu'il faudrait penser à l'étoffer !
Rechercher dans des archives.. etc
Je te remercie pour être venu jusqu'à mon Villain Chateau : Chateauvillain !!