Pour la communauté : IL Y A CENT ANS

Publié le par M'amzelle Jeanne

Pour Clara qui a ouvert cette nouvelle communauté, et que je remercie :


http://lacommunauteilyacentans.apln-blog.fr/

 


Je suis heureuse de proposer  ce  petit texte..

 

Mémoire de celui qui devint mon père...


Je suis né le 30 Novembre  I896.
Donc  recensé par l’armée  étant de la classe 16.
Ma mère est décédée en I910, en mettant au monde un quatrième enfant. J’ai 14 ans.  Nous habitons à Magenta près d’Epernay.  La vie de famille gravement perturbée,  mon père mécanicien aux chemins de fer de l’est, est souvent absent, j’ai deux sœurs.  

Mon père s’est remarié .

J’ai mon  certificat d’études.

Aussitôt,  je suis entré en apprentissage chez un bourrelier/carrossier.
Je suis heureux ça me plait.


4 Aout I914 le tocsin sonne.. dans l’après midi,

Les cloches de tous les clochers de village, à toute volée.. font l'appel à la mobilisation  générale.
Les gendarmes apportent  chez  chaque homme valide ordre de  réquisition.
Un  papier rose  qui donne les ordres de  missions, lieu du bureau de recrutement..rendez vous immédiat. Vous avez 12 hrs...
A la lecture, il faut de suite se préparer à partir, nous sommes réquisitionnés sur le champ.
Laisser tout , poser outils ou tabliers.. partir très vite !
Prendre quelques effet dans une musette,  embrasser  famille,  femme et enfants  pour  rejoindre  le poste assigné au plus vite.

Pour  tous l’angoisse est palpable..
Dans l’atelier où je suis,  l’ambiance est stressante..
De vieux compagnons ont déjà été mobilisés,  sont partis sur le front.
Je suis le plus jeune,  je sais que mon tour d’être appelé va  arriver très vite. Les journaux  annoncent la progression de l’ennemi  qui dans l’Aisne  n’est  plus qu’à quelques kilomètres d'Epernay, où j’habite avec ma famille,   nous entendons les bruits du canons au loin..  nous sommes très inquiets.. l’angoisse m’étreint.

La guerre ont sait lorsqu’elle commence.. jamais quand elle finira !!

 
Je n’ai été appelé que le 11 Avril I915.


Les 15 et 16 Février I915 c’est le début de la percée en Champagne.. Sur la côte "des Epargnes", une guerre de tranchées et d’usure  a duré un mois,  fin de l’offensive le  17 Mars. Il sera dit plus tard que le bilan  fut de  1027 tués.
Il faut des troupes fraîches...

Je suis parti avec deux musettes, deux poches/sacs de toile,  bandoulière  croisées  sur mes épaules...
( Le sac à dos n'avait pas encore été inventé!!!)
Je n'ai pas 20 ans!

  mobilisation1914.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Comme si on y était, Jeanne, merci beaucoup de nous offrir cet épisode de la vie de ton père et l'atmosphère de l'époque. Gros bisous.
Répondre
C
Ils étaient si jeunes ! Leur vie s'ouvrira dans les tranchées de l'horreur. Un hommage émouvant.
Répondre
C
Non, je n'aurais pas dû écrire "ton vieil aïeul", puisque tu dis que c'est ton père.
Répondre
C
Merci Jeanne pour ce témoignage très émouvant, et très précis aussi. On revit parfaitement l'angoisse de ce jeune homme - ton vieil aïeul.
Répondre
O
une triste époque Jeanne, des familles décimées et dépeuplées... un bel écrit que tu as fait là sans larme seulement de la pudeur
je t'embrasse Jeanne bdelle soirée
joelle
Répondre
S
Quelle vie dans ce récit, Jeanne .....!

Tout au long de ma lecture, j'ai vraiment eu l'impression d'être là, aux côtés de cette famille, buvant un café réchauffé autour de la simple table ronde trônant dans la cuisine .........oui, être
là à avoir peur, comme eux, à prier en silence à chaque coup de canon !!!

Magnifique !

T'embrasse FORT : sabine.
Répondre
C
Bonjour Jeanne,
Je n'avais pas vu, chez Clara, ta participation et suis ravie de la découvrir.
Ton article est particulièrement émouvant et rappelle combien de jeunes hommes ont été appelés pour cette guerre si sanglante.
Cet écrit met bien en exergue "l'épée de Damoclès" que beaucoup ont perçue avant cet ordre de mobilisation !
Merci d'avoir confié ici ce souvenir de ton père.
Au plaisir de te lire encore.
Bisous,
Cathy.
Répondre
R
Un triste souvenir pour celui qui à vécu cette mobilisation! Beau témoignage. Bises
Répondre
M


Merci Renée!
Je suis très fière d'avoir pu faire parler (!) mon pauvre papa !!



D
souvenons nous la guerre ne doit pas revenir
bises et merci pour ton texte
Répondre
F
Florence - Testé pour vous
Bonjour...Merci pour ta visite, ça m'a fait vraiment plaisir.
Je ne sais pas si tu passes par la communauté de "100 ans" de Clara pour lire les participations sur la guerre de 14-18. Je te mets ici le lien du texte que j'ai mis pour cette rubrique guerre. Si
ça te dit d'aller voir...à très bientôt et passe une excellente journée...et tu ne m'as pas dit "il y aura une suite au récit que tu as fait ou pas ? J'espère que oui oui
http://florence.apln-blog.fr/2014/02/28/jai-teste-publicite-soury/
Répondre
M


Heureuse de te lire.. de ta visite chez moi.. Merci !
Oui, je suis allée lire vos textes chez Clara.. J'aurais voulu que cela passe directement chez elle, mais je n'ai pas su.. j'aurais du lui envoyer mon texte par mail.. et elle l'aurais posté sur
son blog.. !! Il y a beaucoup de choses que je ne sais faire sur le blog..
Oui, je vais continuer ainsi en faisant parler mon père.. qui ne voulait jamais parler de cette sale guerre infame...
Je te souhaite un beau dimanche.. au plaisir de te lire encore !!



J
Aujourd'hui je viens chez mon fils en Moselle pour voir et garder ma petite fille nous avons déjeuné a Verdun et nous sommes passés aux Eparges c est dire que je suis dans le sujet
Mon oncle est mort en18 à 22 ans près de Reims
Bises Jeanne
Excuse moi pour l écriture mais j utilise mon materiel de secours
Répondre
M


Toujours aussi émouvant.... de passer dans ces endroits chargés de tant de douleurs !


Heureuse de ton passage chez moi!! Merci... bisous



E
Bonjour Jeanne,

Je viens de voir par la communauté il y a 100 ans que tu avais fait un article.

C'est magnifiquement écrit pour une guerre qui a dépassé en horreur tout ce qui avait été prévu....Certains partaient la fleur au fusil en se disant on va les arrêter et on reviendra vite chez
nous.
Comme c'est écrit cela me rappelle des récits entendus chez moi par un ou deux de mes grands pères, par un oncle aussi.Ils sont partis comme ça en laissant tout, en étant sûr que ce serait de
courte durée.

Cette lettre est émouvante....Merci de nous l'avoir partagé.

Je participe aussi à la chronique que nous propose notre amie Clara.

C'est une autre manière de parler de cette année 1914, voir comment les français vivaient en ce temps là, et comment ce qui les entouraient avait un retentissement sur leur vie.
Il y a tant et tant à dire que nous ne serons pas assez nombreux pour le faire. Mais nous en connaîtrons davantage.

Merci pour ton partage!

Belle fin de journée et gros bisous d'EvaJoe

PS: c'est sur ce blog que j'ai répondu à Clara:

http://arabesquedemots.apln-blog.fr/
Répondre
M


Merci de ton gentil com.
Je t'ai lu chez Clara.. quelquefois je ne peux commenter de suite.. après.. j'ai oublié !!


L'âge mon amie.. l'âge !!!
Je te souhaite un superbe dimanche...Je file préparer le repas.. le papa de Mia mon arrière petite fille est mon invité !!



D
Ben voilà ma p'tite Jeanne tu as réussi encore une fois ;) Comme je te l'ai dit hier de vive voix tu es formidable ;)
Que d'émotion dans ton écrit, moi cela me fait frissoner, d'autant plus que j'ai trois fils, je n'ose même pas imaginer qu'ils auraient pu faire une guerre. Dieu merci le service militaire n'existe
plus de nos jours, même si beaucoup pensaient que ça forgeait un homme. Je ne sais pas si tuer est acte de bravoure!!!!
Merci Jeanne pour ton témoignage!!!!
Je te fais de gros bisous, mais de loin car toujours enrhumée!!!!
Je te fais une confidence, tu vois Florence qui t'a commentée un peu plus haut, c'est elle qui distribue les microbes mdr!!!! Attention c'est de l'arme chimique mdr!!!!
A bientôt Jeanne et repos hein, ce week-end!!!
Domi.
Répondre
H
Bonjour Jeanne,

Un très beau texte très émouvant et fort bien écrit, sur une époque dramatique. Bises bien amicales.

Henri.
Répondre
C
bagatelles pour un massacre !
Répondre
F
Florence - Testé pour vous
Bonjour...Je participe aussi à cette rubrique proposée par Clara.
Ton texte est magnifique, émouvant. Je lisais en visualisant vraiment ce que tu as écrit...j'espère que tu mettras la suite (si suite il y a), je l'espère vraiment.
Bravo, vraiment bravo et merci pour ce partage...à très bientôt
Répondre
C
Voilà, ton article est bien sur la communauté !
merci à toi.
Répondre
C
Bonjour Jeanne,
Comme c'est émouvant, ce récit.
Etre confronté à la guerre si jeune, c'est absolument épouvantable !
Je crois que certains sont partis la fleur au fusil pensant qu'ils mettraient la pâtée très vite à l'ennemi. Hélas ! cela fut le contraire, car en effet, on sait quand cela commence mais pas quand
cela finit.
Cela n'a pas fonctionné apparemment sur la communauté, je vais voir comment régler ça.
En tous cas, merci pour cet excellent article !
Très bon week-end et amicalement.
Répondre
J
Affreux tout simplement pour ceux qui étaient en âge de la faire, comme l'un de mes grands-pères... Merci Jeanne !
Répondre
F
Vraiment une très dure période et que d'hommes sont morts laissant des familles à jamais brisées
Répondre