La Bourguignonne de MODIGLIANI

Publié le par M'amzelle Jeanne

Ci-dessous la description de ce tableau  est faite par
Bernard DIMEY ( 1931/1981) né à Nogent en Bassigny
Haute Marne
Parolier de nombreuses chansons,  de Syracuse en particulier.
J'ai pris ce texte dans son recueil SABLE & CENDRE.


J'espère qu'il vous plaira de le lire, comme j'en ai eu moi même à vous le présenter.

 

 

 

 

jeune-servante-amedeo-modigliani-89-1816-iphone.jpg

 

 

Tableau peint en 1919

appelé aussi "La jeune servante"
Exposé à Buffalo USA

  Amadeus Modigliani

Né en 1884 à Livourne Italie
Décédé en 1920 à Paris


C'est une bonne grosse fille. Elle a de la santé. Elle est bien nourrie.

Dorée comme une belle pomme que l'on caresse longuement contre sa chemise, pour la faire luire et la manger avec plus de plaisir encore.
C'est une fille pour les goulus de filles. Les fins-du-bec diront qu'elle a le cou trop long, la trogne en poire et le menton précocement doublé.

C'est une bonne fille. Son front serait peut-être haut, si ne le couronnait une aussi royale tignasse.

Néanmoins, elle est coquette. Elle se dessine les sourcils, se pique les cheveux d'un papillon de velours noir et sait faire petite sa bouche, et fruitée.
 Elle a le nez guilleret des femmes tendres et sans souci. En fait, elle n'a point de soucis. Heureuse ou non, elle ne sait pas. Elle n'en a cure;ça va comme cela.

Elle n'est pas curieuse, voilà pourquoi elle a de bonnes joues.

C'est une bonne grosse fille, car elle a compris que les yeux, et surtout les siens, n'étaient pas faits pour tout voir.

Elle regarde quand viens l'envie.

Pour l'instant, tu es en face d'elle et tu ne l'intéresses pas du tout. Voilà la raison pour laquelle elle semble avoir perdu son regard.

Elle le réserve à d'autres

Publié dans POEMES

Commenter cet article

Lenaïg 07/04/2013 19:36

Bonsoir chère Jeanne. Quelle bonne idée de nous présenter tableaux et commentaires par Bernard Dimey. En fait, tu m'as aiguisé ma curiosité et je suis allée voir La jeune servante, que j'ai trouvé
en deux versions au moins. Et celle-ci j'ai vu que le peintre a pris un malin plaisir à lui rogner la tête ! Je t'embrasse.

M'amzelle Jeanne 07/04/2013 22:21



Merci pour tes passages chez moi et tes gentils commentaires chère Lenaïg, dans le livre il n'y avait pas de photo.. je uis allée sur Google et c'est celui ci qui était le plus .. parlant! bien
que sa tête soit tronquée!
A une autre fois.. pour des écrits de Bernard Dimey..


Bizzoudoux à toi Hélène



Oxygène 05/04/2013 21:07

Coucou Jeanne. Après avoir lu le texte sur l'arbre qui "illustrait" le Fou de Picasso, je suis venue lire celui-ci qui est très beau également. J'aime particulièrement la fin du texte qui parle du
regard de cette femme. Il est vrai qu'elle semble vraiment être ailleurs. Un tableau que j'aime beaucoup et un beau texte.
Je te dis un grand merci pour le partage et je te fais de gros bisous avant de te souhaiter un très bon week-end.

M'amzelle Jeanne 07/04/2013 22:53



je suis très heureuse de lire ton commentaire et de savoir que mon choix de texte ait pu te plaire.. J'ai d'autres textes intéressants de Bernard Dimey, ce poète régional. Je me ferai un plaisir
de mettre en ligne prochainement.


Je te souhaite une bonne nuit !



les cafards 03/04/2013 10:19

excellent avec le texte ! Bien trouvé

M'amzelle Jeanne 07/04/2013 23:15



Et ben ça m'plait beaucoup que vous aimiez.. et je vous remercie pour votre passsage !



timilo 03/04/2013 08:09

Je relis tes poèmes
Jolis...
Douce journée Jeanne
Bisous
timilo

M'amzelle Jeanne 07/04/2013 23:14



Dès que je le pourrai.. je serai très heureuse de partager sur ce blog, quelques autres poèmes de Bernard Dimey !
Bonne nuit Cher Timilo



Carole 03/04/2013 01:08

En effet, c'est réussi. Et puis ce n'est pas mal de "renverser" un peu la vision qu'on a toujours d'un Modigliani tragique.

M'amzelle Jeanne 07/04/2013 23:13



Merci Carole..
J'ai aimé lire ces quelques descriptions de tableaux faites par "notre" poète local, il y en a quelques autres et je me ferai un plaisir de les partager avec vous !