Jeu de l'été pour Lenaïg: Proposition n°1

Publié le par M'amzelle Jeanne

Combler le vide..(!) entre ces deux phrases :

 

"Il leur avait semblé à tous les trois que c'était une bonne idée d'acheter ce cheval"

 

"On entendait leurs doux pépietements sortir des cases"

 

 

Il leur avait semblé à tous les trois que c'était une bonne idée d'acheter ce cheval.....

   Il fallait sauver cet enfant, leur enfant  malade, de cette maladie que l'on pensait éradiquée et qui est venue les toucher en plein coeur.. c'était un drame pour ce couple. 

Marc était l'enfant qu'elle avait  tant souhaité avoir. Dès la première rencontre avec Jean, alors qu'elle venait d'avoir quarante ans, ce fut une révélation et un désir  profond.. Ils devaient concrétiser leur amour par un bébé qui leur ressemblerait à tous deux... Sophie était folle amoureuse de son beau militaire du cadre noir, de sa tenue de sa rigueur... de ses exploits aussi.. dont il ne parlait pas.. mais qui étaient marqués pour toujours sur son visage.. 

Tous deux  voulaient un enfant qui serait une vengeance contre la vie qui n'avait pas été facile ni pour l'un ni pour l'autre. Ils eurent six ans de bonheur complet.. Marc grandissait il aimait aller avec Sophie voir son père lors de performance.. voir "danser les chevaux"  était pour lui un vrai bonheur.

Il voulait lui aussi être "un homme de cheval" lorsqu'il serait grand. Et puis, ce fut le long cortège de visites dans les hopitaux, les jambes de Marc ne le supportaient plus. Après de nombreuses étapes, il fut possible que Marc revienne à la maison.. avec de la réeducation .. Et Marc  demanda à aller voir son père à l'entraînement dans la carrière... et Jean pris Marc avec lui sur le dos du cheval.. et Marc riait.. et Marc voulait encore et encore oubliant la maladie et le cortège de soins. Le bonheur de cet enfant se lisait sur son visage.. il était possible de voir de l'amélioration.. Alors, Jean et Sophie ont pensés que la thérapie serait excellente pour la guérison.. ou l'amélioration de vie de Marc... Il fut donc décidé d'acheter ce cheval à la robe couleur de feu... Les Hirondelles "porte bonheur" nourissaient leurs petits dans "des cases", des nids cachés entre les poutres du manège intérieur.

La vie reprenait,  c'était un vrai bonheur ! 

On entendait leurs doux pépietements sortir des cases

Publié dans PETITES NOUVELLES

Commenter cet article

andrée 20/08/2012 20:44

merci pour ton commentaire
et bises

M'amzelle Jeanne 21/08/2012 06:34



Au plaisir de se lire encore..


Amitiés de Jeanne



catiechris 17/08/2012 21:30

Un cheval bleu pour gambader dans un monde de rêve quand la vraie vie s'y oppose, je pense au film avatar...

M'amzelle Jeanne 18/08/2012 17:03



Je n'ai pas vu mais c'est vrai tout est possible dans les rêves et... il y en a qui se réalisent !!


Belle soirée et beau dimanche à toi Catiechris


 



andrée 17/08/2012 21:15

une belle histoire ... triste et belle .. et pleine d'espoir
bon week end

M'amzelle Jeanne 18/08/2012 15:01



Ce fut un bonheur de l'inventer.. mais dans la réalité.. cela peut exister !


Merci de ton passage chez moi.. je file voir chez toi ! malgré la chaleur... 50° sous ma véranda


Bizes de Jeanne



DI 16/08/2012 13:24

Que le bonheur est beau pour ses parents lorsqu'un enfant malade rit aux éclats. Ce cheval que Marc aime tant chevaucher est un véritable médicament du coeur, un petit miracle naturel. Il grandira
encore Marc et un jour réalisera son rêve. Il sera "homme de cheval" comme son papa.

M'amzelle Jeanne 16/08/2012 13:33



Et tout cela n'est que fiction pour moi.... Mais quelque part réalité pour d'autres. Tous mes voeux vont ses enfants ces hommes qui luttent pour aller au delà.. de la peur... de la douleur et
réalisent leur rêve.


Je suis heureuse de ton commentaire et te remercie.


Avec amitiés je t'embrasse.


Jeanne



Lenaïg 16/08/2012 10:11

Coucou Jeanne, quel plaisir de lire ta délicieuse et chaleureuse histoire du petit Marc que tu as glissée entre les deux phrases de Marguerite Duras (Un barrage contre le Pacifique) comme si ces
deux phrases étaient faites pour ton récit. Un grand bravo et merci merci, gros bisous !

M'amzelle Jeanne 16/08/2012 11:43



Mon dieu..  entre deux phrases de  Marguerite Duras... Quel grand honneur.. !


Merci merci à toi de me procurer ce bonheur de  pouvoir participer !


Je t'embrasse très fort.


Jeanne