Défis n°102 " Les glaneuses"

Publié le par M'amzelle Jeanne

Les-glaneuses-de-Millet.jpg

 Jill est à la barre de la Coquille des Croqueurs de Mots!

"LES GLANEUSES"


"Paysan je suis né, paysan je mourrai..
Je resterai sur mon terroir sans reculer d'un sabot.."


Jean François Millet  (4/10/1814 - 20/01/1875)
Fondateur de l'école de Barbizon
.

Ce tableau  a marqué les années  de la fin 19°siècle  jusqu'au début du dernier!
Par Millet, le monde paysan a été mis à l'honneur, chaque foyer paysan d'alors possèdait la reproduction de ce tableau "Les Glaneuses" ou  celui de "l'Angélus" collé sur du carton bouilli ou  toile marouflée, ou reproduit dans les calendriers des postes.
Ce tableau de Jean François Millet  a  immortalisé  la vie aux champs.
"Les Glaneuses" ont été peintes en I857, il fut présenté la même année au Salon d'Automne, c'est une oeuvre sobre.
Cependant les couleurs sont vives et belles, elles représentent la splendeur de l'été, et également la misère des pauvres femmes dont le droit de glaner était strictement réglementé.
"
Elles cueillent l'aumône du hasard" "Elles glanent leur pain miette à miette"
En ce temps il n'était possible de glaner qu'avec un certificat d'indigence.
Ainsi Millet peint le bas de l'échelle sociale.
C'est un tableau emblématique de la paysannerie française du second empire, ou le peuple rural  est appauvri. Une révolution populaire est menaçante.
BANSKY, a tagué l'original et fait sortir le personnage de droite du cadre de la toile, pour le représenter fumant une cigarette.

L'oeuvre ainsi changée a été exposée en 2009 au musée de Bristol.
Les machines ont remplacés l'homme et les chevaux, en une nuit des hectares sont fauchés, ramassés.. et quelques fois labourés et resemés.. ensemencés .! Un seul homme sur ces énormes engins..  remplace les gens de moisson..
Les fermes en ce temps bourdonnaient comme une ruche, des hommes venaient avec leur baluchon pour se faire embaucher à la journée !
Ils sont tous partis à la ville.. dans des usines qui maintenant les mettent sur le pavé !

Un retour a la terre semble être impossible..

Publié dans DEFIS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Une découverte aussi pour moi cette œuvre de Bansky détournant les glaneuses de Millet .
Bonne journée
Bises
Répondre
D
Et bien merci Jeanne, je fais une nouvelle découverte. Je connaissais ce tableau pour l'avoir en effet souvent vu à la campagne chez mes ailleuls, mais je n'ai jamais cherché à en connaître l'histoire, voilà qui est fait.
Gros bisous.
Répondre
H
Toujours très intéressant de resituer l'oeuvre dans son contexte.

J'ai adoré cette page, merci.

Gros bisous Jeanne
Répondre
M


Heureuse de lire ton commentaire chère Harmonie !
Je t'envoie un gros bisou aussi !!



L
Lu, Jeanne, merci beaucoup pour ce contexte historique et actuel et ton éclairage philosophique. Gros bisous.
Répondre
T
J'aime tout ce qui touche à la terre
Mon père était vigneron et me voilà reprenant le flambeau
L'atavisme ... JE PENSE
Douce journée Jeanne
Bisous
timilo
Répondre
M


Cher ami.. toujours si présent et ponctuel ..Merci!
La terre  et  le bon sens paysan,(!) c'est ce que nos parents nous ont legués.. Nous devons donc  apprécier le bon vin, la bonne "chair", la joie.. l'amour! c'est pourquoi nous
sommes là à chanter les louanges du  travail des uns et des autres et de ce Monsieur Millet et de son tableau qui représente le travail difficile et ingrat que fut celui de nos anciens.. Ne
les oublions pas .. mais vivons pleinement cette vie qui nous a été  donnée !
Je te souhaite une magnifique journée et avec amitiés t'envoie un big bisou!



N
Très beau billet, merci !
Répondre
M


Quel magnifique commentaire..Merci !
je reviens de chez toi.. et je suis enchantée..
Belle journée à toi  Nadezda !


 


P.S et ma petite fille qui parle Bulgare me dit Nadezda veut dire Espoir!



N
Bravo, tout est dit. Ne perdons pas espoir: de jeunes agriculteurs choisissent de procéder de façon plus...humaine.
Répondre
M


La vie entraîne.. et nous ne pouvons guère freiner !
Merci pour ton gentil passage Noune
Et a une autre fois ici ou là !



J
même pas 2 siècles Jeanne, ma maman l’aînée d'une grande famille, née en 1905 dans le fin fond de la Bretagne, partie travailler à Paris à 13 ans...me disait souviens toi ma petite fille que chez
nous c'était la misère !
enfant elle glanait même les glands pour mélanger à la farine, dénichait les nids des oiseaux dans les fourrés quand elle gardait des oies,et racontait en plaisantant : les corbeaux ça fait des
yeux dans le bouillon ! elle a cesser de travailler à 64 ans (64 - 13 = 51 ans)faisant les marchés mes parents ne prenaient pas de vacances, juste le lundi de congé ! heureusement qu'ils ne voient
pas ce qui se passe aujourd'hui...
Répondre
M


Merci d'être revenue sur tes pas chère Josette... de faire le tableau des difficultés que ta maman a pu connaître.. qui sont les mêmes que celles que ma maman a vécues étant 8 ans plus âgées que
ta maman...  (oct I897). Ils avaient du bon sens, les pieds bien ancrés sur terre,  voulant s'en sortir.. Ils étaient courageux, respectueux, recherchant à s'élever par les
connaissances que leurs instituteurs leur faisant entrevoir.. ils voulaient apprendre. Ma mère jusqu'à ses derniers jours avait une grande admiration pour son instituteur ! qui lui avait appris
tant de choses elle a eu son certificat à 13 ans.. qui valait un brevet de maintenant si non plus !
Merci Josette pour avoir fait remonter tous ses souvenirs.. et fait faire ce partage !



D
une belle réflexion toute d'actualité et Millet, c'était un tableau qui était souvent fait au point de croix dans les années 70 ; et pour le retour à la terre, quasi impossible ...
bises
Répondre
M


Merci pour ton passage et ton gentil com. chère Andrée ..
C'était le siècle avant le siècle dernier.. donc trés lointain!


Bisous!



F
et encore aujourd'hui certains ramassent ce que les machines ont laissé sur le sol
Répondre
M


Je ne sais pas.. tout est tellement mécanisé.. et ils fauchent souvent la nuit !



J
Des temps très dur qu'il ne faut peut-être pas regretter.
merci d'avoir fouillé un peu vers cet artiste "underground" qui commence à être justement reconnu mais qui tient à garder son anonymat
Bises et belle journée
Répondre
M


Oh.. non ne pas regretter le temps du pain noir !
Nous sommes devenu des nantis.. vivons comme des princes!
(enfin pas tout le monde, il y  en a qui galère tellement)
Mais cela ce passait il y a 200 ans.. il y a eu des progrès de faits.. la misère à changé de figure!
Merci de ton gentil message et de ta visite.



M
j'en ai appris beaucoup effectivement et rien que pour cela merci ! de plus cette participation originale au défi 102 m'a bien plu bravo et bises
Répondre
M


Il aurait 200 ans cette année notre peintre paysan !
C'est bien de pouvoir faire des comparaisons et revivre les temps anciens.
Je te fais une grosse bise !



J
j'avoue que je n'ai pas cherché le sérieux de l'histoire ...merci pour ce rappel historique des tableaux
bonne semaine Jeanne
Répondre
M


.. et moi.. je n'ai rien vu de drôle dans ce tableau... que la misère de ces pauvres femmes qui allaient grapiller pour avoir une bouillie le soir !
Heureuse de ton passage et big bisous!



A
Merci pour cette belle présentation, un tableau, une page d'Histoire et toute la campagne revit !
Répondre
M


De termps en temps il est bon de se souvenir.. que tout ne baignait pas . il y a 200 ans !
Merci pour ton gentil com et ta visite chère ABC !



L
Bonjour Jeanne,
Mais quel bonheur des lire ton texte ! Un véritable cours de l'histoire de ce célèbre tableau et de la vie à cette époque. BRAVO et MERCI ! Bises bien amicales.

Henri.
Répondre
M


Tu me fais beaucoup d'honneur cher Henri et je te remercie !
La vie n'était pas simple alors..
maintenant que tout était bien réglé et huilé,  afin que nos vies soient plus douces.. un autre marasme arrive.. il n'y a plus de sous !!
... Et bien.. on fera sans.. on va s'arranger pour ne pas trop souffrir !
Avec amitiés je te souhaite une belle semaine.



F
L vie était dure à cette époque mais on n'oubliait pas les pauvres. La campagne se meurt petit à petit hélas malgré les machines qui facilitent le travail .
Répondre
M


Quel bouleversement en 200 ans !
Un éleveur de porc.. ne peut plus vivre de son élevage il perds de l'argent en travaillant.. Je viens de le voir aux infos ce midi ..


C'est l'horreur pour bon nombre de travailleurs qui ont perdu leur emploi.. et ce mois de Mai..
Je ne veux pas casser l'ambiance..  je te remercie beaucoup d'être venue me rendre visite J'aurais aimé t'offrir une douce tasse de thé .. à une autre fois !



J
Bonjour Jeanne ! Voilà bien étudié... pour mieux nous éclaire encore ! Ma grand-mère paternelle croyante et pieuse avait l'Angélus... Je te remercie pour ta participation intéressante et te
souhaite le bon lundi, bises de JB
Répondre
M


Ce fut un plaisir de participer..
Le bon lundi a toi aussi chère Jill


Bisousdoux



E
merci pour toutes ces explications ...j'en avais oublié une bonne part !
bises
Répondre
M


C'était pour moi un plaisir de m'informer chez notre ami.. GOOGLE !..
Ton passage m'a fait un grand plaisir !


Bonne soirée