De quelle couleur étaient ses yeux ?

Publié le par endirectdechezmoi

Parler du bleu sans se mot dans le texte ?

 

Nous nous  étions donné rendez-vous sur le petit chemin qui longe la côte... Cette belle côte si bien nommée !

Quelques bâteaux étaient amarrés. Il mit sa veste "Denimes" sur le sable nous nous sommes assis.

 

J'avais 18 ans, venant de l'est de la France, je connaissais mal cette région qui m'éblouissait à chaque tournant. J'étais venue passer quelques jours de vacances à Hyères les Palmiers, chez une amie de ma mère. Amie très rigoriste et précieuse qui ne convenait pas à mon tempérament de fille sauvage. Les reflets  d'or du soleil brûlant dansaient au loin sur les îles du même nom, pour se confondre avec le ciel de la mer d'huile touchant l'infini pour me donner  la dimension de l'immensité.

 

Le grand garçon qui était auprès de moi venait du Nord, de ce Nord d'où les vikings ont la couleur des yeux  délavés  et usés à force de regarder au loin. Avec ses cheveux blonds, il me plaisait, nous recherchions nos similitudes, je le retrouvais en cachette. Emue d'être près de lui, de me noyer dans son regard me faisait défaillir ! J'aimais en rechercher la teinte exacte... Selon les nuages qui passaient dans le ciel, ils n'étaient ni gris, ni vert. Je regardais encore et encore recherchant sur la palette du peintre de quel mélange ils étaient faits. Il me disait nous sommes semblables nos yeux reflètent cette couleur que tu recherches en moi. Sensation étrange de pouvoir plonger jusqu'au fond de l'âme.

 

Ce temps est si loin, pourtant je ressens encore ces vibrations de bonheur qui me transportaient vers un univers inconnu ou tout serait de la même teinte... Non pas ce celle qu'Edith chantait si bien "La vie en rose" mais de cette teinte dont les mamans habillent les petits garçons ! Je me voyais déjà tenant un poupon dans les bras.

 

Ce temps est loin, très loin, nous ne nous sommes jamais revus. Mes yeux n'ont pas changés de teinte,  mes cheveux ont blanchis ce qui fair ressortir ce regard au ton indéfinissable.

 

 

 

Publié dans DEFIS

Commenter cet article

daniel 14/10/2012 22:07

voila ce que l'on pourrait appeler "faire connaissance", suis de ceux du nord, habitué ou habité de froid et ce texte de part sa brillance souligne dans nos vies des drapeaux de souvenirs,
merci Jeanne, je t'embrasse

M'amzelle Jeanne 15/10/2012 14:47



Jolis tout ces mots.. Tu es du nord.. du grand nord? L'habitude du froid, il faut bien s'y faire ! Mais habité de froid... c'est dommage. Perso. je trouve que ce blog, ces conversations a batons
rompus, de  personnes bien que virtuelles apportent une douce chaleur d'amitié.


Je te souhaite un bel après midi... et avec amitiés je t'embrasse.


Jeanne



Tricôtine 20/09/2011 22:31


bonsoir Jeanne,je pensais avoir laissé un commentaire hier... sur le bleu gris de la mer du nord cher à mon coeur !! j'ai dû rêver ou il a disparu !! merci pour ce texte émouvant et très bien imagé
!! A très vite maintenant que le premier pas sur le pont est posé , il n'y a plus qu'à continuer ... amicalement


catiechris 20/09/2011 19:41


bienvenue au club : belle histoire, me suis mariée avec un vicking et j'aime toujours autant ses yeux d'une couleur indéfinissable et aujourd'hui imprononcable ! bonne soirée


Hauteclaire 20/09/2011 14:17


Bonjour Jeanne,
à force, le néon de Pascale nous a donné le bon lien !
Un très beau moment de lecture, avec ce souvenir de temps de jeunesse ...
Nous en avons toutes et tous je crois, et ils nous émeuvent au fond de notre coeur, précieusement gardé.
Bises, et bienvenue à bord de la coquille


Jeanne Fadosi 20/09/2011 12:02


Tricôtine m'a bien fait rire avec ses trois lettres et ses liens bégayant. Bienvenue sur la Coquille des Croqueurs de mots à une nouvelle Jeanne.
Solidaire bien sûr
et merci de ce partage que j'ai déjà commenté chez Dresseurs de pierres