Comment sont-ils Arrivés là !

Publié le par M'amzelle Jeanne

Bonjour à tous !
Je relis un texte fait Le 31  Octobre 2004 ...17 Ans Incroyable !
C'est un relisant un livre de John KNITTEL,
Livre qui m'avait fortement impressionné, lors de sa parution le 15 Octobre 1963
"Jean Michel" l'histoire se passe à Thiéryville Algérie
Je voulais le relire à tout pris.. nous sommes le 28 Octobre 2021,  ce livre est d'actualité !
Il m'est d'autant plus cher, que lorsque j'ai écris le petit texte qui accompagne je ne savais pas que mes arrières grand parents, côté paternel, avaient fait partie des convois de colons partis de Paris, rejoindre Marseille en Bateaux, pour coloniser l'Algérie.
C'est en faisant ma généalogie que j'ai découvert ce passage de mes ancêtres, personne de la famille n'en avait jamais parlé.
Je vous souhaite une bonne lecture.

 

Comment sont-ils arrivés là ?

C'est à travers le miroir de l'imaginaire que nous devons voir cette énigme. "Rien ne subsiste de ce qui fut, le passé a fondu dans l'éther"

Nous devons donc imaginer que: la chaleur et la poussière accablent toute vie sur ce sol aride. Entre deux courants d'air sur le seuil de la porte de ce moulin qu'il fait tourner, Pierre Joseph D'Arx revoit en pensées le chemin parcouru. Est-il propriétaire de cette bâtisse ? Sa femme Marie Gomme, vaque aux occupations habituelles, dons aux uns, aux autres de soins rudimentaires pour animaux ou humains. Quelques poules picorent la terre battue…. Sans doute…

La vie est rude sur cette terre d'Afrique où ils sont venus avec tant d'autres à la recherche d'un avenir meilleur. Promesses de travail, rêve de "terre neuve", espoir d'obtenir une "concession", un espace de terre vierge, et de pouvoir y créer une plantation ? Peut-être…

"Dans le cadre d'une colonisation officielle, organisée par les pouvoirs publics, il fut décidé que chaque département français devrait créer un village en Algérie. Il devait être peuplé par les habitants de ces départements, afin que ceux-ci ne soient pas trop dépaysés et se retrouvent entre eux. Pour commencer  douze départements furent choisis et parmi eux la Haute Saône. Ainsi le village de Ain-Benian fut-il rebaptisé Vesoul-Benian, dans le département d'Alger." nous dit une coupure jaunie d'un journal local.

Ils ont renié leur passé, émigrants parmi les plus pauvres, laissé leurs cinq enfants derrière eux, aux soins des aînés. Meunier au Moulin Rouge de Vouhenans en Haute Saône, pourquoi ont-ils quitté ce coin de France si verdoyant, pour venir souffrir dans ce climat inhospitalier, sur une terre inconnue, entourés de gens comme eux, déracinés.

 Comment ont-ils pu faire ce grand voyage ? comment ont-ils pu emporter leur maigre bien ? quels bagages, quelle escorte ?

Oui, comment sont-ils arrivé là ?

                                                                                                                                             Nous savons que ce qui a été promis n'a pas été tenu, Pierre Joseph devine t-il déjà ce qui va arriver ?, il ressent cette haine qui gronde autour de lui. Personne ne parle français sur ce Devant ces montagnes tourmentées, Devant cet oued asséché et profond, les gorges du Rummel coupent la ville en deux, le désespoir le taraude souvent. Sûrement.

            L'acte de son décès nous dit que nous sommes rue Cavanon à Constantine Algérie le 6.Avril 1846, est-ce l'adresse du moulin où il vit ou l'adresse de l'hôpital ?  Nous n'avons rien d'autre.

            Pierre Joseph va bientôt mourir, il a 51ans.

 Il est né en Suisse Alémanique le 17 Septembre 1795 sous le nom de Peter Joseph von Arx. D'où son nom francisé en De Arx. Après son décès, sa femme, Marie Gomme partira pour Sétif où sa trace est retrouvée par son bulletin de décès daté du 23.Décembre.1860. Qu'a-t-elle fait pendant les 14 années qui ont suivi cette longue période ?

Feuilleter, comparer retrouver de vieux manuscrits dans les Archives Départementales, tenter d'inventer ce qui fut, il y a 150 ans uniquement à travers les dates de naissances, de mariage, de mort sans autres supports que l'imagination, n'est pas chose facile Essayer de faire revivre nos ancêtres, dans des situations inconnues, qui ne seront jamais vérifiables est devenue une passion pour les généalogistes. Pour moi, qui suis une quatrième brindille de cet arbre généalogique, je me sens investie de ce devoir de recherches. Je veux savoir pourquoi sous couvert d'amélioration pour le genre humain, tant de déplacements de population, d'erreurs ont été commises, au fil des années, des siècles.

En venant avec leurs coutumes, leurs religions diverses, les colons apportèrent des changements, bousculèrent les habitudes de cet univers, mystérieux pour eux, et amenèrent dès cette période avec leurs différences, de l'animosité. Les autochtones dépossédés de leur terre ne voyaient certainement pas de gaieté de cœur l'arrivée étrangère. Tous étaient frustrés.

 

 

Que voulait dire Albert Camus, dans son ultime livre "Le Premier Homme", lorsqu'il parle de faits postérieurs à ceux que mes trisaïeuls ont vécus, et pose la question, "faut-il intercaler le calvaire des colons de 1848  ?"  Quel a été ce calvaire ? Comment savoir ce que ces pauvres gens ont pu vivre ?

Prix de l'éloignement, de la solitude dans un pays étranger  "Etre blanc sans terres, immense troupeau de misérables, la plupart arabes, et quelques-uns français, qui vivent ou survivent ici par obstination et endurance"

D'autres douleurs se sont succédées sous l'immensité d'un ciel d'azur, gorgé de soleil, pays de miel, et d'abondance, où le blé pousse si vite que plusieurs récoltes s'enchaînent..

Mon propos s'éloigne de la recherche. Recherche de mémoire de mes racines et non de la politique de colonisation. Nous savons bien que les promesses sont facilement oubliées. Il est impossible de vivre, de comprendre ce que d'autres ont vécu, nous sommes si éloignés dans le temps, mais me plonger dans ce dédale me donne la force de me croire heureuse.

Ils avaient laissés leurs enfants. Remplis d'espoir, pour aller fonder sur d'autres bases une vie nouvelle. Vivre de l'autre côté de la Méditerranée, était pour eux atteindre une terre promise.

Après plusieurs générations, je suis née de ce côté… Combien de petites histoires semblables, anonymes, obscures, là ou ailleurs, ont fait la petite histoire. La grande histoire, celle qui est écrite et apprise sur les bancs d'école ne mentionne pas ces points de détails.

Percer les mystères de la vie, est une gageure, et pourtant, rechercher ceux qui nous ont précédés, donne l'impression de les voir, de mieux comprendre ce qu'ils ont été, des douleurs qui furent leurs..

"Ils ont disparu sans laisser de traces, un immense oubli s'était étendu sur eux.. "

En pensée, nous les faisons revivre.

31 Octobre 2004       

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Alors voici, Jeanne, pour répondre à ta demande :<br /> *<br /> https://colettedc.wordpress.com/<br /> *<br /> Gros bisous3
Répondre
C
Le 3 était un ♥ <br /> Alors,<br /> Gros bisous♥
P
Toujours des surprises lorsqu'on fait l'arbre généalogique. C'est sûr que pour toi ce fut un choc. La vie est ainsi et à accepter. Oui, on peut penser que la misère devait être grande en France pour que ces arrières laissent leurs enfants.<br /> Je ne te connaissais pas à l'époque de cette publication. Merci de l'avoir reprogrammée.<br /> Bises M'amzelle Jeanne
Répondre
M
Non cet article n'était pas paru chez les "croqueurs" je l'avais fait personnel.. et pis j'ai pensé que cela pouvais être intéressant..de le mettre sur mon blog c'est aussi pour conserver la mémoire.. et j'espère que mon petit blog ne tombera pas tout à fait dans l'oubli ! J'ai écris beaucoup de choses sur ma vie.. mais n'ai fait éditer que deux petits fascicules pour mes enfants et petits enfants.. et un souvenirs des commerces de mon village..J'ai tout donné Nous l'avons fait à deux.. une pour les photos et moi le texte Ce fut passionnant ! Nous avons été aidées par mon ami FB Gebee pour le mettre en page C'est beaucoup de travail<br /> Au plaisir de se lire encore ! Bonne nuit !!<br /> Bonne soirée.. M
R
Non je n'avais pas lu ou du moins mal lu.......Par contre ou en Suisse alémanique tu ne sais pas? Bisous bisous
Répondre
G
Que ça doit être difficile de retrouver les traces de la famille exilée.<br /> Et , effectivement pourquoi partir ? La vie ne devait pas être facile non plus en France à cette époque.<br /> Merci pour ce joli texte
Répondre
M
Merci d'être passé cher GB cela fait toujours plaisir de savoir que quelqu'un a aimé, a pu être intéressé par notre écris ! J'ai eu beaucoup de plaisir a retrouver mes ancêtres.. qui ne venaient pas de très loin.. mais, une grande surprise en demandant l'acte de mariage de mon arrière grand mère de savoir que son futur mari n’avait pas vu ses parents depuis très longtemps qu'ils étaient partis en Algérie.. Ce fut un choc pour moi !!<br /> Cela m'a occupé un certain temps !.. Ils sont partis en laissant leurs enfants.. Oui, cela devait être la misère, ils recherchaient quelque chose de mieux .. déjà !!!<br /> Bisous mon cher ami !
C
Bonsoir Jeanne,<br /> Tu es admirable ! Grâce à toi, à tes recherches acharnées, oui, ils revivent. C'est tellement bien écrit, qu'avec toi, nous les voyons aussi. <br /> Quelle découverte pour toi, que d'apprendre que tes arrières grands parents avaient fait partie des convois de colons partis de Paris, rejoindre Marseille en bateaux, pour coloniser l'Algérie. Cela n'a pas dû être facile, de laisser leurs enfants et de s'embarquer pour si loin, oui, si ce n'était pour eux d'atteindre une terre promise. Masi, hélas, hein !!! Que c'est beau de faire revivre ton passé ainsi. C'est fort intéressant, tu sais. Merci du partage.<br /> Douce soirée,<br /> Gros bisous♥
Répondre
M
Chère sœur Colette ! Je te suis infiniment reconnaissante des mots pris pour me dire que tu as aimé mes élucubrations, mes recherches.. que cela soit pour ce qui fut... ou ce qui est !<br /> Je n'ai pas toujours été encensée...(!) par mes proches, loin de là.. Mais je suis une rebelle et heureuse d'avoir pu persister et dire tout haut ce que je pensais tout bas depuis tant d'années !<br /> Nos petits échanges sont très importants.. Je n'ai plus ton adresse de blog.. peux tu me le communiquer ?<br /> Je te souhaite un beau dimanche de Toussaint.. Tous les saints ..et ce matin j'ai remercié.. <br /> Saint Antoine qui nous fait retrouver ce que nous avons perdu !<br /> Saint Thomas... qui .. donne la foi ?<br /> Saint Christophe qui nous fait voyager sans encombre...<br /> et puis le grand Saint Michel.. dont la statue au dessus de son Mont.. nous aide à nous défendre dans les batailles!<br /> Je t'embrasse.. en toute amitié et te donne ma paix<br />
J
Bpnjour Jeanne.... Je n'ai jamais fait de généalogie, j'ai des photos de mes arrière-grands-parents, cela ne va pas plus loin, je sais que j'ai dans mes veines du sang mélangé, belge, français du côté de ma mère et qu'un de mes cousins a fait la guerre d'Algérie, merci pour cette lecture de famille, amitiés, jill
Répondre
M
Je me suis bien amusée à rechercher mes I700 et quelques précédents.. depuis 1666 toujours dans la mème région mais la surprise fut de taille lorsque j'ai découvert la présence en Algérie de celle qui fut mon arrière Grand mère et que je n'ai pas connu.. Il y a beaucoup de Parisel dans la Belgique Est, près du Luxembourg.<br /> Amitiés chère petite Jill porte toi bien.. Merci d'être si fidèle !