PROMENADE DANS LE TEMPS

Publié le par M'amzelle Jeanne

PROMENADE DANS LE TEMPS

PROMENADE DANS LE TEMPS

 

Je me souviens des dimanches d'antan,

c'était tellement différent!

Après le copieux repas fait d'un pâté en croûte fumant,

Chapeauté de sa collerette de papier,

De faisandeaux au jus, de farcis brûlants,

De crème renversée et de brioches !

La famille endimanchée partait bras dessus bras dessous

Visiter le Parc du Château.

Les enfants étaient devant,

Henri avec son cerf-volant,

Marguerite courait derrière,

Le cerceau au bout de son bâton.

Alice et Jeanne grandes demoiselles

Pouffaient de rire sans raisons

Lorsque passait un garçon !

Grand-père, le patriarche devait à l'aide d'une canne

S'aider à marcher. Il avait ainsi, disait-il, trois pieds.

Il nous entraînait toujours côté potager

Grand mère s'extasiait devant le carré de laitues,

Recherchait les nouveaux légumes, salsifis,

Chicons et autres rutabagas !

A chaque rencontres, grand père soulevait

Avec élégance son canotier.

Je me souviens des mimiques de grand mère,

Suspicieuse de grand père, lorsque nous croisions

Quelques midinette !

De nos accès de pudeur en lui serrant la main.

Quelques cycles; en agitant leur sonnette,

Doublaient notre groupe,

Et nous faisaient marcher à la queue leu leu

Le gravier des allées crissait sous la vitesse !

Nous aimions nous diriger du coté de la roseraie

Et restions béa devant la diversité de couleurs,

De la diversité des plants, de la collection.

Quelques rosiers grimpants, garnissaient à profusion

Les pergolas, donnant aux allées une ombre bienfaisante.

Nos pas nous conduisaient toujours plus loin.

La chaleur accablante donnait à nos corps un bain

Qui nous faisait transpirer, ce qui obligeait mon grand père

A sortir le fameux mouchoir à carreaux de sa poche.

Les enfants en allées et venues faisaient plusieurs fois le chemin.

Bientôt, leur soif intense réclamait une halte,

Que grand père nous pressait de tromper avec herbe

Où oseille mâchée.

Grand mère nous encourageait à persévérer

Jusqu'à la boutique du marchand de glace,

Où les chaises de fer et le banc peint en vert

Accueilleraient nos petits pieds fatigués.

Avant, passons voir le verger disait grand père

Je tiens beaucoup à voir si les greffes de l'an dernier

Ont été réussies.

Mes vieux pommiers ont bien besoin d'être régénérés,

Je dois prendre conseils chez les conservateurs

De l'association des "Croqueurs de pommes".

Quelques vieux cornouillers aux fruits bien rouges

Evoque à grand père qu'il y a bien longtemps

Un sirop pressé de ses fruits faisait le bonheur des enfants.

Au loin des pleurs se font entendre,

Henri vient de tomber dans la bordure de buis.

Tout le monde accourt afin d'atténuer le chagrin.

Instant de calme et de bonheur, nous pouvons enfin

Nous allonger sous le cèdre, géant de ce jardin.

Il fût ramené, me dit grand père

D'une expédition de notre armée au Liban.

Il sait beaucoup de choses, mon grand père !

Il dit que la vie est un bien précieux

Que lorsqu'un papillon bat de l'aile en Colombie

La terre tremble au Japon.

Que le cosmos régit le rythme de nos vies.

 

Je ne comprenais pas tout ce qu'il disait

J'avais simplement confiance en lui.

Grand père n'est plus là,

Je suis seule, je ne fais plus le repas de gargantua le dimanche.

Mon bonheur est d'aller, lorsque je le peux ,

Passer quelques heures au Parc du Château,

Retrouver les chemins où il me conduisait.

Dans la quiétude de l'endroit,

Je crois entendre, sa voix,

Je ressens sa main sur mon épaule.

Le papillon, sur la rose qui se pose, me dit de ne pas douter.

Il me dit aussi que l'éternité commence ici et maintenant.

Que la théorie de la relativité pose le principe que tout est relatif.

Nous sommes loin des simples !

Sera t-il possible d'interpréter un nouveau modèle de conscience,

Réaliser que l'univers obéit à des lois de beaucoup ignorées.

 

Les saisons de vie s'égrènent dans les allées du Parc du Château.

S'arrêter un instant, méditer, est un bonheur immense.

Est-il vraiment possible de changer le monde,

Tel le papillon de l'histoire contée par mon grand père ?

 

 

Texte ancien... 2005 ! que j'ai plaisir a faire remonter le temps !
  Les fêtes de Pâques se passaient ainsi..cela a bien changé.!

Joyeuses Pâques à tous..
M'mamzelle Jeanne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans POEMES, Croqueurs de mots

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Bonjour Jeanne,

Ce que c’est beau! Et émouvant aussi. Car cela me ramène, d'une certaine façon, à certains dimanches de mon enfance. Comme tout a changé depuis cette époque là. J'ai l'impression de vivre sur une autre planète.
Merci Jeanne pour cette balade dans un temps où l'on prenait le temps.
Bises amicales
;)
Répondre
M
Bonjour Martine !
Je suis très heureuse de lire ton gentil message qui réveille un texte que j'ai adoré faire il y a longtemps. Texte tombé aux oubliettes.. Grâce à toi il revit.. Merci !
Je vis mon âge au ralenti..surprise d'être déjà au 2 Juillet de l'an 21 du 20eime siècles
Je lis toujours avec énormément de plaisir tes textes sur la nature et j'adore ! Merci
Bonne semaine chère Martine !
D
je te souhaite un bon et doux anniversaire Jeanne ; j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ta vie d'enfant. Que les temps soient d'hier ou d'aujourd'hui, si les parents, grands parents sont attentionnés à leurs enfants, ils auront du bonheur pour les accompagner tout le long de leur vie.
Demain je vais garder mes petits fils pendant que ma fille va inscrire sa grande à l'école (3 ans). Bises
Répondre
L
Joyeuses Pâques à toi aussi, Jeanne et surtout ce jour : joyeux anniversaire ! Gros bisous et caresses à Gadgio !
Répondre
Q
Merci pour cette page, Jeanne.
Hier, c'était différent, mais aujourd'hui est à savourer, toujours.
Joyeux préparatifs pour Pâques.
Bisous tout plein.
Répondre
J
Bonjour Jeanne, ah autres temps autres façons, mais chacun garde en mémoire les dimanches et autres fêtes de son enfance, sur ce heureux jour anniversaire de la part de jill, ;-) bises
Répondre
J
Un tres beau texte qui mérite une rediffusion . De très beaux souvenirs égrainés dans ce billet .
Bonne journée
Répondre
R
tu as eu raison c'est une texte magnifique. Bises
Répondre
C
Qu'il est BEAU ce tableau de tes mots, Jeanne !
Bon week-end et Joyeuses Pâques !
Bisous♥
Répondre
E
merveilleuse évocation de doux souvenirs, une tranche de passé infiniment romantique et sensible
Répondre
Z
Même ancien, ton texte est magnifique Jeanne. Merci.
Bises et bon weekend
Répondre
D
Des instants de bonheur.....Restent les souvenirs ! C'était une autre époque aux joies plus simples ;
Répondre
B
Merci Jeanne pour ces moments plein de charme. Bises Sylvie
Répondre
M
Félicitations !!!! digne de Guy de Maupassant. Plein de bises.mji
Répondre
B
Merci Jeanne pour ces moments plein de charme. Bises Sylvie