GENEALOGIE. Première partie

Publié le par M'amzelle Jeanne

GENEALOGIE. Première partie

"Comme des fruits, les noms de nos ancêtres sont suspendus à l'arbre de vie"

Pendant que je me souviens encore, que je peux écrire, je dois mettre sur le papier, les souvenirs de recherches que j'ai pu glaner pour composer notre arbre généalogique, afin que les petits enfants qui ne se souviendront pas ce que je pouvais raconter à leur grand-mère Sylvie.. ce qui a pu être confié à leurs parents Léa, Zélie et Félix… les trois petits Lamarque.
La route tourne, maintenant leurs enfants sont là.. Mia, Léon et Ana. ils seront peut-être curieux de savoir un jour.
Je suis trois fois arrière grand mère, c'est une grande fierté, une grande joie, des devoirs aussi..
Il est donc important de mettre sur papier ce que j'ai pu apprendre au fil du temps, du plus loin dans l'histoire de mes ancêtres mélangées à l'histoire de France jusqu'où mes recherches en généalogie m’ont conduites.
Apprendre les origines des différentes familles qui ont formés mes racines, qui ont vécus avant moi… savoir d’où ils venaient, ce qu’ils faisaient est vital pour moi.. je souhaite transmettre.
Je vais commencer par le côté maternel de mon père

Du plus loin où j’ai pu aller dans mes recherches, c’est en Suisse Allemande dans les années I750 que sont nés mes aieux à SOLOTHURN, SOLEUR en français, famille paternelle du côté maternel de mon père.
Urs von ARX , marié à Cathrine Cartier sont meuniers (Je possède leur acte de naissance dates illisibles ) Un de leur fils nommé Peter Joseph né à Soleur, Suisse le 17 Sept 1795, marié à Marie Gomme. s'est expatrié en France.
Ils sont venus travailler comme meuniers au Moulin Rouge de VOUHENANS en Haute Saône. Lors des déclarations à l'état civil des naissances leur nom fut modifié en DEARX.
(Je suis passée dans ce village il y a quelques années, de ce Moulin Rouge il ne reste plus rien. C’est pourtant dans ce moulin qu’est né un célèbre docteur….Le docteur Pierre Joseph DESAULT né au Moulin Rouge le 6 décembre 1738, qui fut le professeur du Docteur BICHAT Un grand hôpital parisien porte toujours le nom de Bichat)
Donc, ce couple de Suisses mes aïeux, ont eu deux fils à Vouhenans : François Léopold Von ARX né en 1823 et Pierre Eugène DEARX né en 1826.. une fille est née en..
Ils ont dû vivre pauvrement dans ce moulin pendant de nombreuses années, puis âgés, ont quittés le pays allant vers l’inconnu. Proposé par le Gouvernement Français il était alloué à des familles, voulant bien s’expatrier, des concessions en Algérie …. Début de la colonisation. Ils sont partis avec tant d’autres vers une destination qui à leurs yeux miroitait comme l'Eldorado. Ainsi ils avaient la possibilité de devenir propriétaire, de faire fructifier les terres gorgées de soleil.
Ils devaient conserver leurs chaussures pour travailler, alors que les autochtones travaillaient pieds nus . Je pense que l’appellation « Pieds Noirs » vient de là ?
C’était la colonisation ! Je pense que cette concession était gratuite, mais il fallait quitter tout… s’expatrier. Je n’ai pas trop de renseignements sur ce fait mais cela me passionne.. Il y a des sites intéressants qui renseignent sur ce sujet.
Comment ont-ils pu partir, que pouvaient-ils emmener avec eux. Réunis en groupe, ils partaient en convois encadrés par des policiers.. la "Maréchaussée", pour rejoindre Marseille prendre les bateaux.. Le voyage devait être long et pénible.. L’arrivée incertaine.
Il fut alloué à Pierre Joseph DEARX, le moulin (un des moulins certainement.. ?) de CONSTANTINE...Algérie, où il est décédé le 6 Avril 1846, sa femme Marie Gomme est décédée à Sétif le 23 Décembre 1860
Je n’ai eu ces informations que très tard, seulement lorsque j’ai commencé à faire la Généalogie de ma famille, je fus vraiment troublée de connaitre cet épisode. Ce fut en demandant l’acte de mariage de mon arrière grand-mère Apolline POIROT qui habitait FAVEROLLES en Haute-Marne, que j’ai appris le mouvement important dans le destin de ces ancêtres. .
Lorsque la famille DEARX a quitté VOUHENANS, les deux frères ainés âgés d'environ vingt ans ne sont pas partis avec leurs parents. Seule leur fille Céline est partie avec eux. Quelques année plus tard, lorsque son mari Pierre Joseph décéda, étant veuve c’est chez sa fille à Sétif où elle est décédée probablement . ?

Pendant ce temps, Pierre Eugène DEARX a du trouver un travail rapidement au Chemin de Fer de l’Est, début de ces voies ferroviaires. Ce que nous savons pour certain, c’est que Pierre Eugène est donc passé par FAVEROLLES pour épouser la belle Apolline POIROT le 8 Novembre 1864 qui est devenue mon arrière Grand-mère… une unique photo la montre très élégante !..

Commenter cet article

pimprenelle 29/05/2016 16:35

Je n'arrivais plus à venir chez toi. Que s'est-il passé?
Je vois que tu a commencé un travail de titan mais comme c'est passionnant de suivre les aïeux et on va de découvertes en découvertes.
Parmi tes descendants, il y en aura certainement au moins un qui te dira merci.
Bonne fin de journée M'amzelle Jeanne.

Renee 24/05/2016 15:33

Copier/collé j’avoue,
je suis de retour suite au décès de ma belle mère survenu alors que nous nous préparions a fêter ces 100 ans.
J’ai vu et bien lu vos coms sur mon blog mais n’y ai pas répondu tant ils étaient nombreux.
Je reprends doucement contact avec ce message. Merci pour la patiente et le soutiens. Bises amicales

fanfan 17/05/2016 17:43

C'est passionnant la généalogie ! Tu as bien raison de rassembler tout cela.un jour , les enfants vont s'y intéresser forcément .Bises

durgalola 16/05/2016 21:10

c'est très intéressant et j'attends la suite ; je devrais faire quelques recherches dans ma famille ; bises

Carole 15/05/2016 23:55

Une recherche qui leur redonne une vie, une histoire. Je pense que c'est là tout l'intérêt de la généalogie. Et que ces vieux morts en sont vraiment heureux.